Dégâts indirects

Les dégâts indirects

Ils sont essentiellement de deux types d'origine bien différente

Miellat et fumagine

La sève élaborée des plantes-hôtes est riche en sucre mais pauvre en acides aminés, éléments essentiels pour la croissance. Les pucerons doivent ingérer de très grandes quantités de sève pour subvenir à leur besoin en protéines. Le produit de la digestion, très riche en sucre divers (mono, di et trisaccharides), s’accumule dans la partie dilatée du rectum avant d’être rejeté à l’extérieur, gouttelettes après gouttelettes. C’est le miellat. Sur ce milieu de culture très favorable, s’établissent ensuite des champignons saprophytes provoquant des fumagines, qui entravent respiration et assimilation chlorophyllienne ou souillent les parties consommables (fruits par exemple) et les rendent impropres à la commercialisation.

Transmission de virus

Les pucerons occupent un rôle de premier plan dans la dissémination des maladies virales, tant par le nombre de virus qu’ils sont susceptibles de transmettre que par le nombre d’espèces impliquées. Près de 200 espèces d’aphides ont été reconnues vectrices. L’une d’entre elles, Myzus persicae Sulz., étant capable, à elle seule, de transmettre plus de 120 maladies. C’est dire l’importance de ce groupe et il n’est pas exagéré d’affirmer que les pucerons sont plus dangereux lorsqu’ils transmettent des virus que lorsqu’ils prélèvent la sève de leur hôte. Dans le cas des maladies virales, et contrairement à celui des dégâts indirects, seuls quelques individus peuvent suffire pour entraîner les dégâts irréversibles.

Fumagines sur miellat de Takecallis arundicolens sur une feuille de bambou.
Takecallis arundicolens : miellat sur feuille de bambou
Pea Enation Mosaic Virus (PEMV) transmis par Acyrthosiphon pisum sur pois
Acyrthosiphon pisum, dégâts dus au virus PEMV sur pois
Barley Yellow Dwarf Virus (BYDV) (Jaunisse Nanisante de l'Orge) transmis par Rhopalosiphum padi sur orge
Rhopalosiphum padi : virus BYDV
Virus Y (PVY) transmis par Myzus persicae sur pomme de terre
Myzus persicae : virus Y sur pomme de terre

Date de modification : 16 mai 2024 | Date de création : 06 décembre 2010 | Rédaction : Evelyne Turpeau, Maurice Hullé, Bernard Chaubet