Holocycle diœcique (2)

Cycle holocyclique diœcique (2)

Chez de nombreux Aphididae holocycliques diœciques, les femelles ovipares aptères sont pondues sur l’hôte primaire par des gynopares ailés. Les mâles ailés formés sur les hôtes secondaires rejoignent les ovipares aptères.

Chez les espèces holocycliques diœciques de type 2, les gynopares ailées, formés à l'automne sur hôte secondaire, migrent vers les hôtes primaires. Elles y donnent naissance aux femelles ovipares. Les mâles ailés, qui appartiennent à la même génération que les gynopares, arrivent à leur tour sur les hôtes primaires pour s'accoupler avec les ovipares. Les deux morphes sexués ont alors une génération d'écart.
A l’éclosion de l’œuf, la fondatrice donne naissance à plusieurs générations de fondatrigènes qui se développent sur l’hôte primaire au printemps. Puis des migrants fondatrigènes ailés partent coloniser les hôtes secondaires en fin de printemps.

C’est le cas pour :

  • Le puceron du merisier à grappes : Rhopalosiphum padi qui alterne entre Prunus padus (H I) et diverses graminées (HII) 
  • Le puceron des céréales et des rosiers : Metopolophium dirhodum qui alterne entre des rosiers (HI) et diverses graminées (HII)
  • Le puceron noir de la fève : Aphis fabae qui alterne entre divers hôtes primaires (fusain, viorne, seringat) et de nombreux hôtes secondaires (fabacées, chénopodiacées, solanacées...)
Cycle holocycle dioecique

Illustration avec le cycle de Rhopalosiphum padi :

Alternance d'hôtes entre l'hôte primaire (HI) Prunus padus (merisier à grappes) et les hôtes secondaires (HII) graminées cultivées ou sauvages

Accouplement sur Prunus padus

Œufs sur Prunus padus

Fondatrice sur Prunus padus

Virginipare aptère et larves sur orge

Virginipare ailée sur blé

Date de modification : 07 février 2023 | Date de création : 25 novembre 2010 | Rédaction : Evelyne Turpeau, Maurice Hullé, Bernard Chaubet