M. persicae

Myzus (Nectarosiphon) persicae (Sulzer, 1776)

Puceron vert du pêcher

Caractères morphologiques

1,2 à 2,5 mm.
Aptère : vert clair à vert jaunâtre, tubercules frontaux convergents, cornicules très légèrement renflées, assez longues et claires.
Ailé : vert clair avec une plaque sombre sur l'abdomen échancrée latéralement et perforée, tubercules frontaux proéminents et convergents, antennes longues et pigmentées sauf à la base de l'article III, cornicules longues, sombres et renflées (sur hôtes secondaires), cauda en forme de doigt.

Voir fiche d'identification

Cycles biologiques

Holocyclique diœcique.
Anholocyclique (par absence d'hôte primaire ou en région à climat doux en hiver).

Plantes hôtes

Hôtes primaires :Prunuspersica(pêcher) et d'autres Prunus.
Hôtes secondaires : environ 50 familles botaniques dont les Solanaceae, Asteraceae, Brassicaceae, Apiaceae, Cucurbitaceae.

Particularités

Incidences agronomiques

M. persicae est l'une des espèces les plus dangereuses. Il est très préjudiciable sur de nombreuses plantes cultivées en plein champs et sous abri (serre, tunnel).
Cette espèce entraîne des dégâts directs dus à la production de miellat, de fumagine et les feuilles se crispent sous l'effet de la salive (photo de dégât sur nectarinier).
M. persicae transmet de nombreux virus selon le mode persistant : jaunisse modérée de la betterave (BMYV), jaunisse énation du pois (PEMV), le virus de l'enroulement (PLRV) sur pomme de terre et le mode non persistant : mosaïque du concombre (CMV), mosaïque de la laitue (LMV), le virus Y (PVY) sur pomme de terre.

Ennemis naturels

Prédateurs

Parasitoïdes

Dans ce dossier

Date de modification : 07 février 2023 | Date de création : 11 octobre 2010 | Rédaction : Evelyne Turpeau, Maurice Hullé, Bernard Chaubet